Le grand jour

Des fois, je photographie des gens qui s’aiment et qui se disent “oui” devant leurs familles et amis. C’est à la fois beau et touchant d’immortaliser les mariés dans ces moments précieux. Être celle qui a la chance de comprendre leur complicité, de ressentir leur amour. Leur offrir des portraits intimes qui, avec le temps, évoqueront une multitude de souvenirs heureux. À la manière d’un point de départ sur le début de leur timeline de bonheur…

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

Ils sont beaux, hein?


© Véronique Buist - 2014
L’intégralité du contenu de ce blog n’est pas libre de droits. Toute reproduction, en intégralité ou en partie, est interdite sans autorisation. Merci de me contacter par mail: veroniquebuist@hotmail.com

Événement KLIN D’OEIL X TRABENDO

image

image

Ce week-end aura lieu un événement réunissant plein de créateurs - dont une sélection d’artistes visuels - au Trabendo, dans le Parc de la Villette à Paris.

Je suis super contente d’y prendre part et surtout, de pouvoir y présenter une oeuvre de la série Imposture sur laquelle j’ai travaillé plusieurs heures. 

Détails à suivre sur facebook!
;)
V.

Les moments vides

Ceux que l’on croit sans importance, 
où il ne se passe rien de significatif.
Où c’est le quotidien, le rien, l’ordinaire, le déjà-vu, le répétitif.
Et pourtant, c’est tout là qu’existe notre vie.
À la manière d’une respiration soufflée,
d’une ponctuation silencieuse mais nécessaire.
Les souvenirs, les impressions, les réflexions n’ont pas lieu d’être
sans ces instants neutres. Comme si tout ça ne prenait de sens
qu’en étant entouré de séquences anodines,
de détails que l’on juge inutiles alors qu’en fait,
ce sont précisément ces « boring moments » qui nous marquent,
nous façonnent.

image

image

image

image

image

image

image

Tournage Austerlitz - les lieux (suite)

Le tournage avait lieu dans un ancien hôpital psychiatrique
en région parisienne. Tout dans cet endroit m’inspirait
et me donnait le frisson simultanément.
Beau paradoxe à immortaliser.
Il m’est impossible de décrire l’endroit et les ondes
qui s’en ressentent. Bref, l’endroit était fort approprié
pour les besoins de l’équipe et ainsi, ravir mes yeux d’amoureuse
de l’image.

image

image

image

image

image

image



Entre les prises, je sortais du décor pour explorer un peu. Le passage du temps, la peinture qui craque, les enseignes toujours présentes, les portes qui grincent… Pour l’ambiance de thriller psychologique, ça n’en prenait pas plus. Je me suis baladée un peu autour du bâtiment principal où se déroulait le tournage, mais vous comprendrez que je ne me suis pas trop aventurée non plus.

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image



Le plus weird dans l’histoire? Une garderie est encore en fonction sur le site. Oui, oui, chaque matin des parents vont déposer leurs enfants
en leur souhaitant une belle journée…

Tournage du film Austerlitz - les gens

J’ai eu la chance de me rendre sur le tournage du film Austerlitz de Stan Neumann pour immortaliser l’équipe en plein travail. Bien que j’ai rempli le contrat avec ma caméra numérique, mes clichés favoris restent ceux réalisés avec ma Canon AE-1…Voici l’aperçu!

Forum des arts de St-Malo 2014

Réaliser que dans 3 jours, je me trouverai à Saint-Malo pour exposer une partie de mon projet L’Imposture.

image

image


Après avoir été sélectionnée comme artiste québécoise dans une exposition consacrée aux artistes de la région, j’ai très hâte d’entendre ce que les gens ont à dire de mon projet. Un regard extérieur, complètement neuf, pour continuer à plancher sur mes images.

Pour découvrir la sélection complète des artistes et activités, cliquez ici.
V.

"L’Imposture 26 - Liaisons" (2013-2014) ©Véronique Buist

"L’Imposture 26 - Liaisons"
(2013-2014)
©Véronique Buist

Istanbul (suite)


Voici la suite du périple à Istanbul, ville à mi-chemin entre l’Europe et l’Asie, séparée entre deux continents par ce magnifique Bosphore et les nombreuses mosquées.

image

image

image


Outre la prière, prendre le thé et fumer de la shisha est un rituel quotidien pour les Stambouliotes. Il s’agit vraiment d’un moment de détente où l’on s’adonne souvent à jouer au backgammon. À peu près tous les cafés proposent le jeu de table.

image

Le paysage, naturel et construit, est contemplatif à souhait. Que ce soit la beauté d’un coucher de soleil sur l’eau ou la complexité des motifs décoratifs d’une mosquée, la mémoire tente de suivre le rythme des yeux. Et quand la mémoire doute, l’appareil photo prend la relève et espère capter l’essence de ce que l’on a devant soi.

image

image

image

image

image



J’avais envie de voir la mer.
La couleur intensément bleutée de l’eau, particulière à cette région.
Le Bosphore, il y a un moment que je rêvais de le voir.
Sans savoir expliquer pourquoi, il y a certains endroits comme ça qui nous attirent et nous intriguent. 

image

image

image


Le Bosphore fait écho à un projet de l’artiste Sophie Calle que j’ai récemment découvert. “Voir la mer” s’explique comme suit par l’artiste: “À Istanbul, une ville entourée par la mer, j’ai rencontré des gens qui ne l’avaient jamais vue.
J’ai filmé leur première fois.” Un catalogue d’exposition est également disponible aux éditions Actes Sud.

Et pour une rare fois, j’ai un cliché de mon amoureux et moi. Argentique en plus! Merci Sam & Élise d’être nos grands complices.
xx

V.

image

Istanbul

image

L’idée était de passer le temps des fêtes ailleurs qu’à Paris.
On avait envie d’être dépaysés. Notre choix s’est porté sur Istanbul, en Turquie. Pays où Noël n’est pas souligné, où la neige et les sapins décorés sont inexistants, reste que l’expérience était toute bienvenue. 

La nourriture et la culture sont pour moi les deux meilleurs moyens de découvrir et de comprendre les endroits que je visite. Le Bosphore, étendue d’eau d’un bleu indescriptible, occupe une grande place dans le paysage et amène son lot de produits de la mer. 


image

La bouffe est partout dans ma vie. 
À chaque instant. 
Et j’aime ça.

image

image

image

image

Les gens et les marchés.
Encore et toujours.
Je suis attirée par ce désordre compréhensible, par ces espaces exigus et la façon dont les marchands s’y retrouvent. Le grand Bazar est une famille. Le vendeur de thé serpente à travers les kiosques et ramasse les petites tasses qui ont été abandonnées une fois vide. Et lorsque tu achètes trois foulards plutôt qu’un (parce que tu as dealé un beau rabais), le vendeur te demande si tu n’as pas envie d’un tapis, d’une lampe ou d’une voiture à louer disponible chez son cousin. On discute, on respecte l’art de marchander sérieusement, on se fait offrir un thé à la pomme, on fait semblant d’hésiter et puis on ressort, les yeux conquis. Parce que le souvenir n’est pas uniquement dans l’objet que l’on rapporte chez soi, mais également dans la façon dont on l’a marchandé, le prix qu’on l’a payé et la poignée de main qui a soldé la vente.

image

image

image

image

image


V.

Home sweet home



© Véronique Buist


De retour à Paris, la tête pleine d’images et beaucoup de thé dans mes bagages. Je compte bien voguer sur mon london hype le plus longtemps possible…

V.